01 mars 2019

Appel de candidature - Directeur(trice) général(e) par intérim

Co-éco est à la recherche d'un ou d'une directeur(trice) général(e) par intérim. Le poste est d'une durée de 1 an et l'entrée en fonction sera entre la ... Lire la suite

08 février 2019

Offre d'emploi (2)

La réutilisation, la récupération et le recyclage vous interpellent? Vous aimez le contact avec les citoyens et le service à la clientèle ?Vous aimez travailler &agr ... Lire la suite


Afficher toutes les nouvelles

Ligne Info

418 856-2628

1 888 856-5552 (sans frais)

HORAIRE DES ÉCOCENTRES - Réouverture dans la semaine du 15 avril 2019 

  • Saint-Pascal 
  • La Pocatière 
  • Saint-Alexandre-de-Kamouraska
  • Rivière-du-Loup 
  • Saint-Hubert-de-Rivière-du-loup 

 

 

Trouvez un lieu de dépôt près de chez vous

 écopeinture.ca

soghu (huiles, filres, aéorosols)

Chaque maison québécoise contient en moyenne de 12 à 40 litres de résidus domestiques dangereux (RDD); ce sont les peintures, solvants et huiles usées, mais aussi les produits nettoyants, les médicaments, les pesticides et certains produits de beauté pour ne nommer que ceux-ci. Ils sont si courants que nous ne réalisons pas toujours les risques potentiels qu’ils représentent pour la santé humaine et celle des écosystèmes de la planète.

Si les RDD sont dangereux lorsqu’ils se retrouvent dans l’environnement, ils le sont également lorsqu’ils sont entreposés ainsi que pendant leur utilisation. Les intoxications sont fréquentes et souvent causées par les vapeurs ou les éclaboussures. Le contact direct avec un produit ou son ingestion peut entraîner de graves conséquences voire même la mort.

Le bon sens nous commande de réduire l’utilisation de RDD au minimum. Dans certains cas nous pouvons éliminer complètement leur utilisation. Dans d’autres, particulièrement pour les produits nettoyants, une alternative plus écologique existe. Vous trouverez des propositions de remplacement à la section trucs écologiques.

S’il s’avère impossible de se passer d’un produit domestique dangereux, il faut opter pour une utilisation moins fréquente et plus parcimonieuse de celui-ci et ensuite se débarrasser des restes de façon responsable. On peut se défaire des RDD dans différents lieux de dépôt. Les RDD ainsi récupérés sont traités de manière à limiter leur impact sur l’environnement; ils sont recyclés lorsque possible ou éliminés de manière sécuritaire.