27 avril 2017

Co-éco vous invite à son assemblée générale annuelle le 9 mai!

Lire la suite

10 avril 2017

Ouverture des écocentres à partir du 18 avril!

Ouverture 2017 des écocentres très prochainement : - Rivière-du-Loup et La Pocatière : 18 avril - Saint-Pascal : 19 avril - Saint-Alexandre : 20 avril - Saint-Hubert : ... Lire la suite


Afficher toutes les nouvelles

Ligne Info

418 856-2628

1 888 856-5552 (sans frais)

HORAIRE DES ÉCOCENTRES - Les écocentres ouvriront la semaine du 18 avril à l'exception de l'écocentre de Saint-Hubert qui ouvrira le samedi 6 mai. Pour un aperçu des nouveautés, surveillez vos journaux locaux début avril!

HORAIRE DES BUREAUX - Les bureaux de Co-éco situés au 1650 rue de la Ferme à Sainte-Anne-de-la-Pocatière sont ouverts du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30. 

PEINTURE BOOMERANG - Co-éco est dépositaire des produits Boomerang. Appelez-nous au 418 856-2628 pour vérifier si nous avons la couleur désirée. Vous pouvez vous les procurer à nos bureaux selon l'horaire habituel.

Vêtements, textiles et accessoires

La production, l’entretien et l’élimination des textiles ont des impacts environnementaux certains :

  • Les opérations de transformation et de fabrication sont souvent effectuées dans des lieux géographiques éloignés et entraînent des impacts environnementaux liés notamment au transport et à l’emballage.
  • L’entretien des textiles aurait un impact aussi important sinon plus que la production de textiles compte tenu de l’énergie, des quantités d’eau et des produits utilisés1référence.
  • Malgré leur caractère naturel, la production de certaines fibres, comme le coton, a des répercussions environnementales non négligeables (de grandes quantités d’eau et de pesticides sont utilisées).
  • Les fibres composées de produits dérivés du pétrole (lycra, polyester, polar, nylon) ne sont pas biodégradables comparativement aux fibres naturelles.
  • En général, les textiles produisent peu de lixiviat, mais leur enfouissement réduit la capacité des lieux d’enfouissement.


Actuellement, on constate que le réemploi est la voie privilégiée pour la mise en valeur des vêtements usagés et qu’elle s’effectue principalement par des organisations privées. Il existe également au Québec une vingtaine des ressourceries qui effectuent la mise en valeur de vêtements ou de textiles. La plupart des ces dernières récupèrent, entre autres, les textiles, qui sont par la suite mis en vente auprès de la population. Les vêtements invendus sont, quant à eux, acheminés vers des recycleurs.

Le marché du réemploi des vêtements s’est transformé ces dernières années. Des intervenants ayant des intérêts commerciaux se sont ajoutés aux intervenants ayant une vision plus sociale, ce qui rend le secteur plus compétitif.

Références

1. Chamard & Associés. Plan de développement pour la mise en valeur des produits de textile et d’habillement

Les vêtements, le textile et les accessoires ne peuvent être déposés dans le bac de récupération sauf dans la MRC des Basques. Toutefois, plusieurs organismes en font la récupération à des fins de réemploi. Une petite retouche et ils seront prêts à avoir une deuxième vie!