23 novembre 2017

Co-éco et Ruralys vous présentent deux événements sur le patrimoine!

    POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Écochantier : Atelier conférence sur la rénovation patrimoniale La Pocatière, 16 novembre 2017 - Co-éco invite ... Lire la suite

30 octobre 2017

Nouvel horaire des écocentres

Co-éco vous rappelle que les écocentres des MRC de Kamouraska et de Rivière-du-Loup seront ouverts jusqu’au samedi 4 novembre inclusivement.   Apr ... Lire la suite


Afficher toutes les nouvelles

Ligne Info

418 856-2628

1 888 856-5552 (sans frais)

HORAIRE DES ÉCOCENTRES - 

Co-éco vous rappelle que les écocentres des MRC de Kamouraska et de Rivière-du-Loup seront ouverts jusqu’au samedi 4 novembre inclusivement.

 

Après le 4 novembre, seuls les écocentres de Saint-Pascal et de Rivière-du-Loup resteront ouverts le samedi de 8h à 12h jusqu’au 16 décembre inclusivement. 

 

 

PEINTURE BOOMERANG - Co-éco est dépositaire des produits Boomerang. Ils sont maintenant disponibles dans les locaux d'Écochantier, 425, avenue Patry, Saint-Pascal G0L 3Y0 selon l'horaire suivant: jeudi-vendredi-samedi de 8 h à 16 h. Vérifiez s'il nous reste la couleur désirée auprès du préposé au 418 894-2044  

Vêtements, textiles et accessoires

La production, l’entretien et l’élimination des textiles ont des impacts environnementaux certains :

  • Les opérations de transformation et de fabrication sont souvent effectuées dans des lieux géographiques éloignés et entraînent des impacts environnementaux liés notamment au transport et à l’emballage.
  • L’entretien des textiles aurait un impact aussi important sinon plus que la production de textiles compte tenu de l’énergie, des quantités d’eau et des produits utilisés1référence.
  • Malgré leur caractère naturel, la production de certaines fibres, comme le coton, a des répercussions environnementales non négligeables (de grandes quantités d’eau et de pesticides sont utilisées).
  • Les fibres composées de produits dérivés du pétrole (lycra, polyester, polar, nylon) ne sont pas biodégradables comparativement aux fibres naturelles.
  • En général, les textiles produisent peu de lixiviat, mais leur enfouissement réduit la capacité des lieux d’enfouissement.


Actuellement, on constate que le réemploi est la voie privilégiée pour la mise en valeur des vêtements usagés et qu’elle s’effectue principalement par des organisations privées. Il existe également au Québec une vingtaine des ressourceries qui effectuent la mise en valeur de vêtements ou de textiles. La plupart des ces dernières récupèrent, entre autres, les textiles, qui sont par la suite mis en vente auprès de la population. Les vêtements invendus sont, quant à eux, acheminés vers des recycleurs.

Le marché du réemploi des vêtements s’est transformé ces dernières années. Des intervenants ayant des intérêts commerciaux se sont ajoutés aux intervenants ayant une vision plus sociale, ce qui rend le secteur plus compétitif.

Références

1. Chamard & Associés. Plan de développement pour la mise en valeur des produits de textile et d’habillement

Les vêtements, le textile et les accessoires ne peuvent être déposés dans le bac de récupération sauf dans la MRC des Basques. Toutefois, plusieurs organismes en font la récupération à des fins de réemploi. Une petite retouche et ils seront prêts à avoir une deuxième vie!