Organisation

Co-éco a vu le jour sous le nom de corporation environnementale de la Côte-du-Sud au début des années 90 avec l’arrivée du recyclage. Aujourd’hui, Collectivités écologiques Bas-Saint-Laurent  est un organisme unique au Québec en raison  de sa structure organisationnelle, de son mode de financement et de sa souplesse d’intervention. 

Mission et valeurs

Mission

L’amélioration de la qualité de vie, la conservation de l’environnement et le développement durable des collectivités du territoire.

Principalement actif dans les MRC de Kamouraska, de Rivière-du-Loup et Les Basques, Co-éco réalise également des mandats à l’extérieur de ces territoires.

Plusieurs mandats permettent à l’organisme de répondre à sa mission :

Information et sensibilisation
Faire de l’éducation, de la formation et de l’animation relative à l’environnement auprès de la population. Afin que celle-ci acquiert les valeurs, les connaissances, les compétences et le sens de l’engagement qui lui permettent d’agir, individuellement et collectivement, à améliorer la qualité de vie et à conserver l’environnement de notre collectivité.

Service-conseil en développement durable
Promouvoir l’intégration du développement durable dans l’ensemble des sphères d’activités de la collectivité.

Promouvoir une vision systémique qui permette de prendre conscience des interdépendances qui existent entre les aspects économiques, écologiques, sociaux, culturaux et politiques de notre monde et de notre planète.

Gestion de projets
Développer et réaliser tout projet visant l’amélioration de la qualité de la vie et la conservation de l’environnement.

Valeurs

Engagement
Co-éco fait preuve d’un engagement sans compromis envers ses partenaires, sa communauté et le développement durable. Co-éco se consacre particulièrement à la résolution des problèmes environnementaux inhérents à son milieu en réalisant des projets novateurs.

Collaboration
La collaboration est une attitude, un état d’esprit qui permet à Co-éco d’établir des relations de confiance avec différents partenaires et de jouer un rôle fédérateur entre les acteurs de milieux divers.

Passion
Si depuis tant d’années, Co-éco se consacre à mettre en valeur le développement durable, c’est avant tout par passion. La passion pousse notre équipe à se dépasser et à relever de nouveaux défis. La passion de Co-éco est contagieuse et inspire les autres.

équipe

Solange Morneau
Directrice générale par intérim
418 856-2628, poste 1

Suzanne Gaumond
Adjointe administrative
418 856-2628, poste 5

Audrey Gagnon
Adjointe administrative
418 856-2628, poste 231

Francis Foy
Responsable des écocentres
418 856-2628, poste 3

Ophélie Deschamps Lévesque
Conseillère en gestion environnementale en remplacement
418 856-2628, poste 2

François Lapointe
Ligne info
Chargé de communication et de sensibilisation en remplacement
418 856-2628, poste 0

conseil d’administration

L’organisme est géré par un conseil d’administration engagé qui se distingue par sa structure organisationnelle hybride impliquant et responsabilisant sur un même C.A., les MRC et municipalités, les institutions, les organismes communautaires et les citoyens du milieu.

Sylvain Hudon, président
Maire de La Pocatière, MRC de Kamouraska

Denis Bertin, vice-président
Préfet, MRC des Basques

Carole Lévesque, secrétaire-trésorière
Commission scolaire Kamouraska – Rivière-du-Loup

Anik Briand
SADC du Kamouraska

Maxime Groleau
Régie intermunicipale des déchets du Témiscouata

Francis April
Fédération de l’UPA du Bas-Saint-Laurent

Marie-Pierre Dufresne
Biopterre

Ginette Caron
Mairesse de L’Isle-Verte, MRC de Rivière-du-Loup

Renaude Sanson
Représentante des citoyens et citoyennes 

rapports
annuels

i
i
i
i

COORDONNÉES

1650, rue de la Ferme
Sainte-Anne-de-la-Pocatière (Québec)  G0R 1Z0
418 856-2628 | 1 888 856-5552
info@co-eco.org

Suivez-nous sur 

Politique de confidentialité | © 2019 Co-Éco. Tous droits réservés. Conçu par Base132

DERNIÈRES NOUVELLES


Quoi faire avec les feuilles mortes?

Les laisser sur le terrain : Si vous avez un terrain peu aménagé ou boisé, cette première option est la plus simple, demande moins de travail et aide la biodiversité en plus de créer un engrais naturel.

lire plus