Beaucoup d’entre nous sommes amenés à réaliser des travaux de construction ou de rénovation. Que nous les exécutions nous-mêmes ou que nous fassions appel à des professionnels, ces travaux de plus ou moins grande envergure génèrent bien évidemment des déchets!

Imaginons que vous effectuez des travaux dans votre cuisine : changer les armoires, refaire le comptoir, ouvrir un mur… Les matériaux à remplacer pourraient peut-être servir, avoir une seconde vie – chez vous ou ailleurs!

Alors, on démolit ou on déconstruit? Pensez-y!

Démolir

L’image est assez claire : on retire les matériaux (murs de gypse ou de lattes de bois, structure, armoires et comptoir) sans précaution particulière. À la suite de quoi, on les envoie idéalement à l’écocentre, préalablement triés.

Déconstruire

Quand on déconstruit, on vise le « réemploi », c’est à dire la revalorisation et le recyclage. On réfléchit aux autres usages qu’on pourrait donner aux matériaux retirés, on cherche à les conserver et à les entreposer en bon état pour leur seconde vie. Vos armoires de cuisine et votre comptoir pourraient servir dans votre établi à la cave et les lattes de bois du mur retiré auraient sans doute fière allure pour revêtir votre nouvel îlot à la mode ou garnir votre chambre de jolies tablettes.

 

Les restants

Qu’on déconstruise ou qu’on démolisse, dans tous les cas, les matériaux dont on doit se départir ont par la suite trois options de traitement :

Centre de tri spécialisé (écocentre ou privé)

Revalorisation

 

Les matériaux sont traités pour en extraire les éléments utiles ou de l’énergie

Recyclage

 

Les matériaux sont transformés en un nouveau produit

Lieu d’enfouissement technique

Enfouissement

 

Les matériaux sont enfouis dans un espace contrôlé

💡 Pour favoriser le réemploi et diminuer l’enfouissement, la déconstruction est définitivement le choix numéro 1!

 

L’ABC du tri

Une bonne pratique à adopter demeure le tri avant tout acheminement.

Agrégats

(brique, béton, asphalte et terre non contaminée)

Appareils ménagers, électriques et électroniques

Bois

(de construction, meubles, bran de scie, portes et fenêtres, palettes)

Résidus domestiques dangereux bien identifiés

(huiles, solvants, acides, pesticides, produits d’entretien ménager, etc., en contenants étanches, aérosols, piles, néons, fluocompactes)

Matériaux secs

(bardeaux d’asphalte, gypse, mélamine, vitres, lavabos, céramique, CANEXEL, fibrociment, planchers flottants, miroirs)

Métaux

Autres déchets

(meubles rembourrés, matelas et sommiers, douches ou bains en acrylique ou fibre de verre, revêtements de vinyle, panneaux et laines d’isolation, papiers goudronnés, tapis, prélarts, pièces et toiles de piscine, bâches, abris d’auto, produits en plastique non recyclable, polystyrène, tuyaux)

💡 Un bon tri vous fera gagner du temps au centre de tri et favorisera le réemploi!

💡 À surveiller lors de votre choix d’entrepreneur en construction ou d’entreprise de location de conteneurs : certains ne font pas de tri – ce qui veut dire qu’il se peut que vos matériaux se retrouvent tous à l’enfouissement! Renseignez-vous avant de signer votre contrat!

 

Un comparatif qui parle de lui-même

 

AVANTAGES

Démolition

✔️ Un seul espace de stockage sur le chantier

 

✔️ Aucun besoin d’identifier les matériaux ni de les trier

Déconstruction

✔️ Meilleure identification des matériaux

 

✔️ Diminution des matériaux dans les espaces d’enfouissement

 

✔️ Revalorisation des matériaux usagés

 

✔️ Retombée économique locale positive (réinvestissement local, coût moindre)

 

✔️ Diminution de la consommation d’énergie (la fabrication d’un matériau coûte plus cher que son traitement en vue d’une réutilisation)

 

La démolition facilite certes le traitement des matériaux sur le chantier, mais son unique avantage consiste en sa simplicité… pas de casse-tête!

À l’inverse la déconstruction nécessite assurément un petit investissement de temps sur le chantier, mais ses retombées sont très positives, tant sur le plan local que provincial, et dans des sphères autant variées que  l’économie, l’environnement, la consommation, etc.

En chiffres

Les écocentres des MRC de Kamouraska et de Rivière-du-Loup ont détourné 2 814 tonnes de bois de l’enfouissement depuis 2017 – l’équivalent de 20 baleines bleues adultes! Ce bois a été réutilisé comme bois de chauffage ou transformé en litière et en compost.

 

La valorisation des matériaux usagés

Bien souvent les matériaux dont on souhaite se débarrasser n’ont bien évidement plus de valeur à nos yeux. Pourtant, même brisé, tout matériau peut bénéficier d’une seconde vie dans un écocentre – entre autres!

Pour en revenir à notre chantier de cuisine, après avoir trié nos éléments, voici comment ceux-ci ont connu une nouvelle utilité dans votre région :

 

Débris de mur

Comptoir

Vieille armoire

MRC de Rivière-du-Loup

Apporté à l’écocentre de Rivière-du-Loup :

  • bois mis en vente pour être réutilisé
  • matériaux secs utilisés comme remblai

Vendu sur Kiji

Apportée à l’écochantier de Rivière-du-Loup

MRC de Kamouraska

Apporté à l’écocentre de Saint-Pascal :

  • bois mis en vente pour être réutilisé
  • matériaux secs utilisés comme remblai

Échangé sur le Comité Social (Facebook)

Apportée à l’écochantier de Saint-Pascal

MRC des Basques

Apporté à l’écocentre de Notre-Dame-des-Neiges :

  • bois mis en vente pour être réutilisé
  • matériaux secs utilisés comme remblai

Échangé sur le Grand cercle des Basques (Facebook)

Vendue sur Kiji

 

Rappelons-nous : « Rien ne se perd, rien ne se crée; tout se transforme. »

Lors de vos prochains travaux de rénovation, pencherez-vous davantage vers la déconstruction ou la démolition?

Chronique «Les temps changent… pas que le climat !» réalisée par Co-éco, en partenariat avec les MRC de Kamouraska, de Rivière-du-Loup et des Basques.

Archives

DERNIÈRES NOUVELLES


Qui dit récoltes dit… résidus verts!

Lorsqu’ils sont mis à la poubelle, nos résidus verts se décomposent et se mélangent aux autres déchets et aux polluants – comme les métaux lourds – et deviennent alors un sol pollué, ce qui coûte des milliers de dollars à traiter (entretien journalier du lieu d’enfouissement technique, traitement des eaux d’écoulement et captation des gaz libérés). SAUF QUE : les résidus verts sont loin d’être un déchet ordinaire : lorsqu’ils sont bien traités, ils contribuent à la richesse de nos sols!

lire plus