Je me passionne pour toutes les actions que l’on peut poser au quotidien et qui ont un impact direct sur notre environnement. Ces fameux « petits gestes » finalement pas si petits… Je donne notamment des ateliers sur le compostage domestique dans la région. Aujourd’hui, je vous partage mes secrets pour bien le réussir !

Noélie Hébert Tardif

Chargée de projets en éducation relative en environnement, Co-éco

Voici les secrets de Noélie

  1. Choisissez pour votre bac à compost un emplacement un peu ombragé pour éviter l’assèchement. S’il est au soleil, arrosez-le de temps en temps.
  2. Couvrez votre bac (couvercle ou bâche) pour conserver son humidité et éviter qu’il soit détrempé.
  3. Déposez de la matière d’origine végétale seulement… Évitez les viandes, poissons, fruits de mer ou produits laitiers.
  4. Évitez également les cendres, excréments d’animaux, plantes malades, ainsi que les mauvaises herbes en graines et leurs racines.
  5. Respectez la règle du 2 pour 1 : 2 parts de brun (ex. : feuilles mortes, papier brun, etc.) pour 1 part de vert (ex. : légumes, fruits, pain, etc.).
  6. À l’automne, faites une réserve de feuilles mortes et entreposez-la au sec.
  7. Mettez systématiquement des matières brunes par-dessus vos fruits et légumes pour éviter les mouches et les odeurs.
  8. Aidez la décomposition des éléments plus résistants, par exemple, coupez les épis de maïs ou pelures de courges et broyez les coquilles d’œufs.
  9. Brassez régulièrement pour favoriser l’aération, cela va aider la décomposition et éliminer les risques d’odeurs
  10. N’hésitez pas à déposer vos matières dans votre composteur même en hiver !

Est-ce que mon compost est prêt à être utilisé au jardin ?

Votre or noir est prêt lorsqu’il a l’apparence et l’odeur du terreau, et que vous ne pouvez plus distinguer les matières originales. Son pouvoir magique est de nourrir le sol, d’améliorer sa structure, son aération et donc sa capacité de drainage et de rétention de l’eau, ce qui donne des plantes plus résistantes et productives.

Compost et bac brun main dans la main

Vous pouvez utiliser votre bac brun (collecte municipale) pour vos résidus d’origine animale, vos fleurs et mauvaises herbes ou vos restes de table. Voici quelques trucs pour éviter les vers et les odeurs dans votre bac brun :

  • Emballez vos résidus d’origine animale dans du papier journal ou un sac certifié compostable, ou congelez-les en attendant la collecte.
  • Mettez votre bac au chemin même s’il n’est pas plein, ou demandez à votre voisin pour partager son bac brun.

Chronique «Les temps changent… pas que le climat !» réalisée par Co-éco, en partenariat avec les MRC de Kamouraska, de Rivière-du-Loup et des Basques.

Archives

DERNIÈRES NOUVELLES


Parlons LET

Lorsqu’on jette quelque chose à la poubelle, ce déchet entreprend son ultime voyage vers le lieu d’enfouissement technique (LET) de notre MRC. Pourquoi ultime? Puisqu’on ne lui a pas trouvé de place dans le bac de recyclage ou le bac brun, une fois qu’il aura atterri au LET, il y restera… pour toujours!
Que deviennent nos déchets? Regardons les choses de près!

lire plus

Qui dit récoltes dit… résidus verts!

Lorsqu’ils sont mis à la poubelle, nos résidus verts se décomposent et se mélangent aux autres déchets et aux polluants – comme les métaux lourds – et deviennent alors un sol pollué, ce qui coûte des milliers de dollars à traiter (entretien journalier du lieu d’enfouissement technique, traitement des eaux d’écoulement et captation des gaz libérés). SAUF QUE : les résidus verts sont loin d’être un déchet ordinaire : lorsqu’ils sont bien traités, ils contribuent à la richesse de nos sols!

lire plus