Les mesures de confinement ont provoqué une plus grande consommation du visionnement de musiques et de vidéos en ligne (streaming).

Les données que l’on consomme sur Netflix, Tou.tv, Spotify, QUB musique et autres, proviennent de centres de stockage qui consomment d’énormes quantités d’électricité encore trop souvent produites par des centrales au gaz ou au charbon.

 

En 2019, près de 4 % des émissions de GES étaient dues à la production et à l’utilisation du numérique, cette part pourrait doubler d’ici 2025 pour atteindre 8 %, soit autant que les émissions mondiales des voitures. Les vidéos représentent 60% du flux mondial de données.

 

Il existe des solutions pour réduire nos émissions de GES liées à notre consommation de données numériques, nous pouvons :

  • télécharger sur son appareil les musiques ou les vidéos que nous écoutons souvent plutôt que de les écouter en boucle sur le web ;
  • choisir la plus basse définition vidéo possible lorsque nous écoutons parler un vlogueur en streaming vidéo car, souvent, le contenu visuel n’est simplement pas important ;
  • privilégier d’écouter le streaming audio quand un contenu est accessible en format, par exemple, MP3 au lieu de l’écouter sur, par exemple, You Tube ;
  • passez du temps devant un bon livre ou faire toutes autres activités «non-virtuelles» au lieu de continuer d’écouter un contenu peu intéressant.

DERNIÈRES NOUVELLES