L’été est bien entamé et nos fruits et légumes poussent au potager; le temps des récoltes s’en vient! Vous arrive-t-il de ne pas savoir quoi faire de vos résidus de jardin (tiges de tomate, feuilles de patates, fanes de carottes, etc.)? Suivez le guide!

Option 1 : les cuisiner

On peut commencer par réduire notre quantité de résidus verts en cuisinant les différentes parties de nos plantes (tiges, feuilles, etc.). Cette étape est très importante dans la hiérarchie des 3 RV… Eh oui! toujours ces fameux 3 RV : on vous invite à penser à réduire, réutiliser, recycler et valoriser avant d’éliminer (envoyer vos matières à l’enfouissement). De nombreux ouvrages, comme des livres, des blogues ou encore des recettes, ont été écrits sur le sujet ces dernières années, notamment par Bernard Lavallée, Florence-Léa Siry ou Julie Aubé.

Option 2 : laisser l’hiver faire le travail

La base pour avoir de bonnes récoltes? Un sol de qualité et en santé! Il est donc primordial de bien le protéger. Quand on laisse nos résidus de jardin sur place, on contribue à offrir à notre sol une bonne protection pendant l’hiver : on réduit son érosion, on protège sa structure délicate, on limite le lessivage des minéraux et on facilite l’infiltration de l’eau.

Comment on s’y prend? Tout simplement en rabattant les tiges au sol et en les coupant en morceaux grossiers pour faciliter leur décomposition. Notez qu’il n’est pas nécessaire d’arracher les tiges : la dégradation des racines contribue elle aussi à enrichir le sol en matières organiques! En les enlevant, on perturberait le sol et ses micro-organismes. Par la suite, au printemps, on peut choisir de laisser les tiges continuer de se décomposer ou les retirer pour les mettre au bac brun ou dans notre compost domestique.

Option 3 : nourrir le bac brun ou le compost domestique

S’il y a trop de résidus dans votre jardin et que vous souhaitez vous en départir, le bac brun et le compostage domestique sont vos solutions environnementales. De cette façon, vous contribuez à diminuer considérablement la quantité de déchets qui sera enfouie, un enjeu particulièrement important en ces temps de surcharge des sites d’enfouissement. En disposant de vos résidus de jardin dans votre propre compost ou en les mettant au bac brun, vous contribuez là aussi à enrichir votre sol ou ceux de votre région. En effet, toutes les matières organiques envoyées au bac brun passent d’abord par la biométhanisation avant d’être transformées en digestat, l’équivalent du compost. Cette matière riche en nutriments et en minéraux est par la suite épandue dans les champs agricoles près de chez vous pour enrichir le sol!

D’ailleurs pour faciliter ce processus, vous pouvez couper les plus longues tiges en morceaux de moins de 1 pied, soit 12 po ou 30 cm. Autrement, ces tiges causent des problèmes à la machinerie lors de leur traitement à l’usine de biométhanisation.

En terminant, certain·e·s pourraient se demander pourquoi il est important de mieux traiter nos résidus verts. Qu’est-ce que ça change, de les mettre à la poubelle ou ailleurs, dira-t-on? Lorsqu’ils sont mis à la poubelle, nos résidus verts se décomposent et se mélangent aux autres déchets et aux polluants – comme les métaux lourds – et deviennent alors un sol pollué, ce qui coûte des milliers de dollars à traiter (entretien journalier du lieu d’enfouissement technique, traitement des eaux d’écoulement et captation des gaz libérés). Mais comme on l’a vu plus haut, les résidus verts sont loin d’être un déchet ordinaire : lorsqu’ils sont bien traités, ils contribuent à la richesse de nos sols!

Avant de vous souhaiter de bonnes récoltes, on serait curieux de connaître VOS recettes à partir de résidus verts! Envoyez-les à info@co-eco.org.

Ça y est : bonnes récoltes!

Source : https://jardinierparesseux.com/2018/10/10/residus-de-vegetaux-laisses-dans-le-jardin-ce-que-les-scientifiques-en-disent/

Chronique «Les temps changent… pas que le climat !» réalisée par Co-éco, en partenariat avec les MRC de Kamouraska, de Rivière-du-Loup et des Basques.

Archives

DERNIÈRES NOUVELLES


Démolir ou déconstruire?

Bien souvent les matériaux dont on souhaite se débarrasser n’ont bien évidement plus de valeur à nos yeux. Pourtant, même brisé, tout matériau peut bénéficier d’une seconde vie dans un écocentre – entre autres!

lire plus